Philosophie aller-retour

Que peut nous apprendre la philosophie sur les relations entre la France et l’Allemagne ? Et que nous apprennent ces relations sur la philosophie ? C’est ce que Dorian Astor, dans le cadre de notre rendez-vous mensuel à l’Institut français de Berlin, se propose d’explorer pour la deuxième année consécutive, à partir de moments-clés de la vie philosophique des deux pays, depuis l’après-guerre jusqu’à nos jours. Suite au succès de la première série de conférences, au cours desquelles nous avons par exemple découvert que l’héritage de Nietzsche pourrait bien rester une pomme de discorde entre les deux pays, Dorian Astor se demandera cette année, notamment, quelles conséquences des réceptions très différentes de l’œuvre de Marx peuvent avoir sur le dialogue franco-allemand en philosophie. Se révéleront de nombreuses polémiques et quelques alliances, de profonds malentendus et des affinités secrètes. Les stations de ce cycle sont conçues comme une initiation accessible à tous et un échange vivant avec le public.

 

Dorian Astor est né en France en 1973. Après avoir étudié la germanistique, la philosophie et la musicologie à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il enseigne à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle et à l’Institut français d’Amsterdam puis travaille comme assistant d’édition dans le département de littérature étrangère des Éditions Gallimard. Dorian Astor est l’auteur de nombreuses études, éditions critiques et traductions. Chez Gallimard, il publie notamment une biographie de Lou Andreas-Salomé en 2008 et une biographie de Nietzsche en 2011. En septembre 2014 paraît Nietzsche. La détresse du présent (Gallimard, Folio essais), un essai sur la critique nietzschéenne de la modernité et le défi qu’elle représente pour notre époque. Les projets actuels de Dorian Astor comprennent de nouveaux travaux sur Nietzsche, mais aussi une large réflexion sur les relations franco-allemandes dans le champ philosophique. Depuis 2010, Dorian Astor vit à Berlin.

Voir aussi